02 décembre 2016

Cruviers - Larnac un lieu chargé d'histoire... - histoire du lieu

DOMAINE de CRUVIERS-LARNAC

© Tous droits réservés 



selon l'armorial du diocèse d'Uzès cité par d'Albiousse
"de vair à un chef losangé d'or et d'azur"


Le lieu dit de Cruviers et un peu plus tard de Cruviers-Larnac trouve son étymologie dans ces petits cupules ou trou laissés dans le rocher sur lequel les habitations s’appuient, qui sont les traces laissées par les oursins, pris dans la boue, devenue molasse puis pétrifiée aux temps néolithiques, probablement au jurassique, quand la mer s’est retirée au moment du grand mouvement tectonique qui a vu s’élever le massif central et particulièrement les montagnes des Cévennes. Une très sérieuse étude diligentée par un éminent professeur de la Faculté de Montpellier, dont nous n’avons pas noté le nom, a fait une démonstration de cela avec à l’appui des photos prises sur les lieux. On trouve pareilles roches un peu partout dans le secteur comme en atteste l’ouvrage de Monsieur Larnac sur l’aqueduc romain du Pont Du Gard. Et Frédéric Mistral, nous confirme cette étymologie dans son « Trésor du Félibrige ».
Il est facile d’imaginer que sur les rives d’une mer ou d’un grand lac, des populations s’étaient établies. Cette hypothèse se vérifie puisque nous avons trouvé ici une stèle anthropomorphique à peu près sûrement de cette époque.
Un lieu occupé depuis des temps immémoriaux puis plus tard par les romains qui avaient établi là un ensemble de bâtiments, comme en attestent de nombreux vestiges, de tuiles ou poteries, ainsi que plus tard une photo aérienne, sur un autre lieu plus bas dans la plaine, confirmant l’emplacement de plusieurs bâtiments importants. 
La situation de Cruviers, comme celle de Saint Médiers, répond exactement à la description type de la villa romaine, adossée à la colline, à proximité de terres cultivables en plaine, et bâtie sur le roc.
La situation dominante a ainsi été érigé très tôt en ouvrage de défense des accès de la cité d’Uzès par le nord, se situant au croisement des grands axes connus et dont on peut encore trouver des traces à travers bois, routes qui allaient du sud au nord et d’ouest en est, plus tard connues par les appellations route de St Médiers à St Quentin et au delà vers le Rhône, route d’Uzès à St Ambroix, qui se croisaient exactement au centre des bâtiments de Cruviers.
Le lieu devenu fief est souvent cité dans les diverses archives, jusqu’à ces jours mémorables des 12 et 13 septembre 1703 où une quinzaine de Camisards, conduits par Moïse Nicolas, après avoir massacré les habitants de Potelières attaquent le hameau de Cruviers près Montaren. Ils incendient trois maisons et 8 personnes meurent, massacrées ou carbonisées, dont Marie Larnac femme de Paul âgée de 57ans et ses quatre enfants, dont Marie 14 ans, Isabeau 9 ans, Firmine 17 ans, Catherine Courtin âgée de 25ans, enceinte de cinq mois, Jean Chapelier âgé de 80ans et sa femme invalide âge de 70 ans, qui est consummée dans sa maison incendiée. Le même jour les deux métairies de Mayac ( appartenant au Chapitre d’Uzès) Mas Vieux et mas de Mayac, sont incendiées. La femme du fermier, son fils et le berger sont assassinés «  par la main meurtière des fanatiques ».
Les frères Larnac, le mari de Catherine Courtin, le fils Chapelier réussirent à s’échapper. N’étaient restées dans la métairie, que femmes, vieillards et enfants avec deux valets, nouveaux convertis. Les Camisards, après avoir vérifié l’identité de ces deux derniers, les libérèrent.

sources : le Républicain  d’Uzès et le document reproduit par Henri Bosc dans son ouvrage sur la guerre des Camisard. ( Henri Bosc La guerre des Camisards T 2 Presses du Languedoc 1986) Le document original se trouve aux archives départementales de l’Hérault : C 267 ravages des Camisards et aussi l’ouvrage de Marcel Pin sur Jean Cavalier page 256 éd. Laffite Reprints 1980


Voir article suivant : Le massacre de Cruviers

Les habitants de Saint Médiers prirent des dispositions pour protéger le village. Une délibération du Conseil municipal rapporte : « qu’en raison des massacres qui ont eut lieu dans le voisinage et par crainte des brigands camisards, il est nécessaire de fermer les rues par des barrières fermées à clé  ». Ils avaient tout lieu de se prémunir conte d’éventuelles attaques car le 5 janvier de la même année,  il y avait déjà eu le premier massacre de Belvézet. Et le 14 novembre le hameau de La Baume sera brûlé.
(archives municipales de Montaren 1703-1704)

Ainsi peuvent s’expliquer les traces très nettes d’incendies sur de vieilles  pierres brûlées que l’on trouve ici et là dans les bâtiments. Nous n’avons que peu de renseignements sur les bâtiments. Un seul plan très ancien de 1887 et établi par un géomètre d’Uzès est assez explicites sur la situation des lieux. Par ailleurs une bonne observation du bâti, en le comparant avec des bâtiments de ferme de la région, fait apparaître les mêmes piliers en pierre supportant une poutre en fer soutenant l’étage supérieur, au bâtiment de l’ancien pailler et au bâtiment de l’ancienne magnanerie. Le seul usage des poutres en fer est très récent et c’est bien connu. Par ailleurs c’est la même voûte au portail d’entrée du pailler, côté ancienne étable et à l’entrée de la bergerie. C’est construction sont postérieures à 1887 puisqu’elles ne sont pas sur le plan établi à cette date. Quant au bâtiment d’habitation du bas, la façade et la quasi-totalité du bâtiment, hormis la façade Nord, ont été mis à bas dans le cadre des grands travaux que Maurice Rode avait fait exécuter dans les années 1903 à 1907, et nous avons la preuve par les photos qu’ils avait prises à cette époque.
Par ailleurs, grâce aux travaux de Lionel d’Albiousse sur les anciens propriétaires des lieux et aux renseignements qu’il a recherchés dans les archives municipales et dans celle du duché à la demande de nos ancêtres directs quand il sont devenus à leur tour propriétaires des lieux, renseignements que nous avons pu, grâce aux moyens modernes, vérifier et compléter comme nous allons le voir, nous pouvons établir de façon certaine et compléter, preuves à l’appui, la liste des différents seigneurs de Cruviers,

Cruviers, fief relevant du château ducal d’Uzès, appartenait à la famille de Bargeton.
La maison Bargeton, originaire du diocèse d'Uzès, fut anoblie par lettres patentes de François 1er du mois de novembre 1553, en la personne de Mathieu de Bargeton, Seigneur de Lédenon, demeurant à Uzès.
Pierre son arrière petit-fils fut condamné comme usurpateur de noblesse, faute d'avoir produit devant M. de Bezons, l'original des dites lettres d'anoblissement; il se pourvut en conseil du Roi obtint un arrêt le 31 mars 1672 qui, en le maintenant dans sa noblesse, nonobstant qu'il ne rapportât pas l'original des lettres d'anoblissement, dont Sa Majesté le dispensait, considération de ses services et de ceux de ces prédécesseurs, ordonna qu'il jouirait des privilèges attribués aux autres gentilhommes du Royaume. Cet arrêt fut confirmé par des lettres patentes du Roi données à Saint Germain en Laye le 18 avril 1672
(d'Hozier. Armoirial Général T II R).



Les armes des Bargeton sont :
 «  d'azur à un chevron d'or accompagné d'une rose d'argent posée à la pointe de l'écu, au chef d'argent chargé de trois croisettes de gueules ».

En 1585, Louis de Bargeton était Seigneur de Cruviers. Marié en 1608 avec Marguerite de Massane, ce couple eut trois enfants, Suzanne, Isabeau et Pierre.
Suzanne épousa Henri de Narbonne-Caylus, baron de Lunas, de la noble et puissante famille des Aimeri et Amalric de Narbonne. Leur fils, Pierre-Jean de Narbonne-Caylus, hérita du fief de Cruviers.


Les armes des Narbonne-Caylus sonr : 
"écartelé n 1 et 3 de geules plein qui est Narbonne et au 2 et 4 d'azur au léopard d'argent qui est Lunas "

En date du 16 mars 1693, il vendit ce fief à Pierre de Larnac, écuyer, habitant d’Uzès.
Pierre Larnac eut une fille Louise qui se maria avec Jacques Israël Delgas ( Société Historique du Protestantisme.SHPF - bulletin de 1913) . De ce mariage naquit Marie, qui reçut le baptème en date du 20 septembre 1745. Son père, qui par son mariage avec la fille de Pierre de Larnac était devenu titulaire du fief de Cruviers, avait été accusé de cacher le pasteur Pradel. Il avait été arrêté et enfermé au fort de Brescou. Par la suite il avait émigré à Genève où il mourut.
La famille Delgas était une famille protestante d’Uzès issue d’Israël Delgas notaire royal de la ville Le père de Jacques Israël Delgas, fils d’Israël, qui se prénommait Louis, avait épousé sa cousine germaine Suzanne Delgas. Poursuivi à cause de sa religion, il avait quitté Uzès pour Londres en 1699. Il devait par la suite être naturalisé à Neufchâtel en Suisse. Son épouse Suzanne étant malade, il était revenu à Uzès en 1719. Reconnu et dénoncé, notamment par un billet du Duc de Roquelaure, il avait été arrêté par le Commandant d’Uzès, M.de Préfosse et enfermé à la Tour de Constance, comme en atteste la liste des prisonniers de cette sinistre tour. Il fut libéré comme « fou », sans doute se fit-il passer pour tel, comme le précise le livret d’écrou. Il fut contraint d’abjurer le 19 juillet 1719 et put ainsi rester auprès de sa femme. Plus tard, il émigra avec elle pour la Suisse, où il avait été naturalisé, à Neufchâtel, dès 1711.

Jacques Israël Delgas, époux de Louise de Larnac
Seigneur de Cruviers par sa femme.
Accusé de cacher le Pasteur Pradel, il est arrêté et enfermé au fort de Brescou

On relève sur le registre  d'écrou de la Tour des Masques, un Sr Delgas, d'Uzès, seigneur de Cruviers comme pris dans une assemblée de culte, dans le Gard, en 1745, devenu fou et libéré en 1746
" en 1745 , autour de st Ambroix, se tenaient des assemblées très fréquentes. L'officier du lieu finit par obtenir l'autorisation d'en surprendre une, et il y arrêta le médecin Antoine Roux. Le prisonnier, conduit à Aigues -Mortes, y fut écroué dans la chambre haute de la Tour des Masques ( octobre 1745). Un mois après il était transféré à Montpellier et condamné aux galères. Il avait été remplacé dans sa cellule, le jour même où il l'avait quittée, par le Sr Delgas, d'Uzès, qui était seigneur du village de Cruviers. Delgas était coupable d'avoir mené sa femme aux assemblées du Désert. Il soutint fermement six mois de prison à la Tour des Masques, mais il passa alors par des acès de folie. Combelles dut le faire garder à vue et demanda sa libération: " il était assez puni d'avoir perdu l'esprit". Il fut reconduit à Uzès ( août 1746).

On trouve tous ces renseignements dans le Bulletin de la SHPF,et  dans le livre de Charles Bosc sur la Tour de Constance.
Par le mariage de Marie Delgas avec Louis de Broche, le fief de Cruviers est passé dans cette famille.
La famille de Broche est issue d’une très vieille famille 



Les premières armes des de Broche sont 
"Ecartelées en 1 et 4 à trois gerbes ( ou brosses) d’or lièes sur champ d’azur qui est de Brosse ; "

Ces armes sont sculptées dans une des salles du Palais de la sénéchaussée de Nîmes

Mais on trouve aussi : 

" d’azur, à un oranger d’or dans sa caisse de même posée sur une terrasse de sable, au chef cousu de gueules, chargé de trois étoiles d’or, "
( avec une variante : trois étoiles d’argent)

Ce sont les armes des de Broche de Cruviers


 les armoiries des de Broche de Cruviers sont les suivantes :



En 1788 noble Louis de Broche, chevalier, était seigneur de Cruviers.
Il mourut sans descendance, en date du 28 mai 1843. Appartenant à la religion réformée, il fut enterré sur place dans son fief de Cruviers, à un endroit qui n'a été découvert que récemment, en 2015, grâce à un courrier trouvé dans nos archives, du fermier en exercice adressé à Maurice Rode, au moment des travaux de 1905 à 1908 .

24 Fructidor An V 
Un partage attribue une part du territoire de Cruviers à Marie Rose Larnac.
Une parcelle du lot revenant à celle-ci confronte Veuve Broche (Il est probable que cette veuve Broche est la veuve d’un de Broche dont le nom s’est altéré pendant la Révolution, peut-être Louis de Broche).
Le domaine était donc à cette époque, partie aux Larnac, partie aux de Broche (peut-être d’autres encore).

Acte reçu par Me Delafont notaire à Uzès et Me Cade notaire à St Quentin.

Biens Larnac





3 Août 1833
Marie Rose Larnac fait donation de ses biens à un sieur Valentin ( bien détaillés dans le partage du 24 Fructidor An V (mais elle devait en avoir d’autres comme le constate l’acte suivant.)

Acte reçu par Me Dufour notaire à Uzès.

1er Mai 1835
Acte de partage entre les hoirs Larnac.
Il y avait donc à cette époque à Cruviers, de Broche, Larnac et Valentin.

Acte reçu par Me Moustardier notaire à Uzès

1er Octobre 1837
Valentin vend tout son domaine à Daniel de Broche.
Il n’y a plus que deux propriétaires : de Broche et Larnac.

1837
Pierre Paul Larnac devient héritier des biens Larnac

1838
Il meurt à Montaren, instituant sa femme légataire universelle.

Testament reçu par Me Delafont notaire à St Quentin le 20 Mai 1838.

17 Août 1881
La femme Roman (Veuve Larnac) vend ses biens à Prosper Louis Bonnaud, gendarme en retraite.

Acte reçu par Me Dumas notaire à Uzès.

14 Janvier 1894
Prosper Louis Bonnaud meurt. Son bien reste indivis entre 6 héritiers.

19 Avril 1896
Achat aux dits héritiers par Monsieur Edmond Rode, des biens qu’ils avaient en enclave dans la partie Est de Cruviers. (partie attribuée à Madame Rode dans la succession de son père Monsieur Charles d’Amoreux).

Vers la même époque, achat aux mêmes héritiers, par Monsieur Fournier, propriétaire à Vaugrand, commune de Montaren, de toutes les enclaves situées dans la partie Ouest de Cruviers (part de Madame Bayle).

Ces enclaves sont encore actuellement à Monsieur Fournier ( en 1905 ).


Biens de Broche

1846 Monsieur Daniel de Broche étant décédé, un rapport d’experts est établi
(19 Novembre 1846) contenant partage entre les héritiers de Broche qui sont :

- A                   - Madame Milliet de Balazuc, née de Lattes de Luziers

- B                   - Madame Couderc née de Latour Lisside (*)
                        - Madame Martin née de Latour Lisside
                        - Monsieur Marc Antoine de Latour Lisside
                        - Les enfants de Maillan , Jules, Amédée, Hélène religieuse et
                        - Auguste, nés sans doute d’une autre dame de Latour Lisside



Les armes de la famille Latour-Lisside sont : 
"d'or à une tour d'azur maçonnée de sable, au chef cousu d'argent  chargé de de deux étoiles  et d'un croissant d'azur
Armorial du Diocèse de Nîmes p. 83

(*) On trouve aux archives de France, dans le fonds Bro ( général du 1er Empire) des papiers concernant cette famille ainsi que des documents sur une affaire opposant cette famille aux Quatrefages.

Cette affaire dite affaire "Quatrefages/Latour-Lisside" se résume ainsi : 
Le 10 juin 1845, peu de jours après le décès du sieur de Broches,  il fut adressé par un anonyme, et par la voie de la poste, à M. le président du tribunal d'Uzès, un testament olographe signé Daniel, chevalier de Broches, par lequel celui-ci instituait pour son légataire universel  le sieur Quatrefage du Fesque, et faisait, en outre, divers legs particuliers.
La lettre d'envoi qui ne portait aucune date, et servait d'enveloppe au testament était ainsi conçue :
 « J'ai trouvé ces papiers à la route de St-Quentin. De peur d'être en faute, je les remets  à son adresse en venant de Larnac. Je suis cultivateur
Ce testament fut immédiatement déposé dans les minutes de Me Moustardier, notaire à la résidence d'Uzès, suivant ordonnance du président du tribunal rendue le même jour, 10 juin.
Le sieur Latour- Lisside , héritier légitime, ayant appris l'existence du testament, déclara aussitôt par acte extrajudiciaire signifié le 10 juin au sieur Quatrefage, « qu'il déniait d'ores et déjà les écriture et signature apposées à cet écrit ou à tout autre qu'on pourrait présenter plus tard, comme n'étant pas l'ouvrage du chevalier de Broches, mais bien le résultat d'une fraude dont le sieur Latour-Lisside se réservait de poursuivre les auteurs et complices; qu'en conséquence ce dernier faisait opposition à toute ordonnance d'envoi en possession... et à la prise de possession des biens etc.»  Il est même allégué par le sieur Latour- Lisside qu'il se serait en même temps transporté chez le président pour le prier de ne point rendre l'ordonnance d'envoi en possession sans l'en prévenir, à quoi ce magistrat aurait répondu qu'il ne pouvait adhérer à cette demande, parce qu'elle était contraire aux usages de la justice.
Le même jour 10 juin, le président rendit, en effet, son ordonnance d'envoi en possession sur la seule requête du sieur Quatrefage. Le sieur Latour-Lisside signifia alors au greffier du tribunal un acte extrajudiciaire par lequel il déclara s'opposer à la délivrance de l'expédition de l'ordonnance.
Le sieur Quatrefage, muni de la permission du président, actionna les opposants en référé pour obtenir la main-levée de cette opposition qui fut prononcée par ordonnance du 14 juin.
Le 26, le sieur Latour-Lisside auquel se joignirent différents autres héritiers naturels du chevalier de Broches, assigna à son tour, en vertu d'une autorisation du président, le sieur Quatrefage devant ce magistrat, concluant à ce qu'il fût jugé que l'ordonnance d'envoi en possession serait rétractée, les demandeurs remis en possession des biens de l'hérédité, et subsidiairement que ces mêmes biens seraient séquestrés provisoirement jusqu'à décision ultérieure par les juges du fond.  Le 5 juillet nouvelle ordonnance qui rejeta l'opposition, et, sans s'y arrêter, ordonna de plus fort l'exécution de la première. 
A partir de là la tension monta entre les hétiers de Broche ( les Latour-Lisside neveux et petits-neveux du chevalier) et M.Quatrefage du Fesque qui se prétendait, du fait de ce document trouvé dans le fossé de la route ( 1) légataire et seul héritiers des biens de Broche. 
Finalement de jugements en appel les héritiers légitimes du chevalier de Broche obtinrent gain de cause et la vente des biens de Broche à Charles d'Amoreux put enfin avoir lieu selon les indications qui suivent .

Note ; par la branche de Broche de Saint André du château des Barbuts , M de Quatrefages du Fesq est un parent du Chevalier de Broche de Cruviers mais à un dégré plus éloigné que les neveux du dit Chevalier de Broche de Cruviers 

Entre 1846 et 1851, Madame Martin et Monsieur Marc Antoine de Latour Lisside étant morts, leur part revient partie à Madame Couderc, partie à la branche de Maillan (*)

(*) de Maillan, famille originaire du Gévaudan où elle possédait la seigneurie de Lacaze. 



Les armes de la famille de Maillan  sont 
"d’or à l’aigle déployé de sable, armé de gueules, écartelé d’azur à deux molettes  d’éperon d’or et d’un maillet de même en cœur."

Madame Couderc meurt à son tour. La part revient à ses enfants :
                        Adrien Couderc chanoine à Nimes (*)
                        Jean Victor Adolphe
                        Léopold
                        Madame Jules de Maillan

 (*) Félix Adrien Couderc de Latour Lisside + le 15 décembre 1865 à Nîmes. Chanoine théologal de Nîmes, auteur d’une biographie de Monseigneur de Chaffoy évêque de Nîmes. Il publie aussi «  Entretiens d’un prêtre avec lui-même, disposé en forme de lecture pour servir à sa retraite annuelle, ou dans l’intervalle d’une retraite ecclésiastique. Nîmes. Bodot 1857 in-18 raisin de 5400p.
Plusieurs lettres du Père d’Alzon citent le chanoine Couderc et son frère Léopold.

10 Avril 1851 par acte sous seing privé signé au château de Cruviers, Madame Milliet de Balazuc vend sa part au chanoine Couderc.

Acte sous seing privé fait en double au château de Cruviers, enregistré à Uzès le 3 Mai 1852 et déposé dans les minutes de Me Moulin, notaire à Uzès.

A la même époque, Monsieur Auguste de Maillan cède sa part au chanoine Couderc.

Restent donc en 1852 les possesseurs suivants des terres de Cruviers ayant appartenu à Monsieur Daniel de Broche :
1/ Le chanoine Couderc pour les 2/3
2/ Les frères Jean Victor Adolphe, Léopold et leur sœur Madame de Maillan.
3/ Ses cousins Jules de Maillan, Amédée de Maillan et Hélène de Maillan.


13 Novembre 1854 vente de toute la partie de Cruviers ayant appartenu à Daniel de Broche, par les héritiers Couderc et de Maillan, à Monsieur Jean Charles d’Amoreux.

Acte reçu par Me Conte notaire à Nimes.







Armoiries de la famille d'Amoreux
"de gueules au coeur d'or accolé en pointe d'un croissant d'argent, au chef d'azur, chargé de deux flèches d'argent, posées en sautoir, accostées de deux étoiles du même"
Armorial de la noblesse du Languedoc - Grand Armorial de France de Jougla de Morenas

22 Février 1880 décès de Monsieur Jean Charles d’Amoreux.

2 Mai 1882 partage sous seing privé entre les deux filles de précédent, Madame Rode et Madame Bayle.

Madame Rode a la partie Est, (soit le domaine de Court, la ferme basse, et ma laison de la place aux Herbes à Uzès) Madame Bayle la partie Ouest.( la ferme haute, et le domaine de St Médiers) 
C'est dans la maison de St Médiers passée aux héritiers  Bayle c'est à dire les Tribes que la famille Stengel se réfugiera en août 1944 pendant l'occupation de Cruviers par les troupes allemandes à la débâcle. ( voir le récit du bombardement ci après)
Les enfants sont alors nourris par la famille Simon. 

D'importants travaux sont entrepris en 1882 par Monsieur Edmond Rode et sa belle soeur Madame Bayle
L'observation du cadastre de 1887, et l'emplacement des bâtiments actuels permet  de comprendre la physionomie actuelle du Mas, excepté pour les biens Bonnaud dont la maison  qui est encore sur cet ancien cadastre, sera soufflée par l'explosion d'une bombe en août 1944. Cette maison sera remplacée en dommage de guerre par l'actuelle maison en crépis rose. Les ruines sont le support de l'actuel parking devant la maison rose.

On aménage et on construit le pailler  ( actuelles chambres  d'Hôtes) et la bergerie. ( qui ne sont donc pas des bâtiments du 18 ème !)
On refait le branchement de la citerne
On aménage des magnaneries, 
On construit poulaillers et cochonniers . 
On refait les murs d'enceinte et on met en place dans les deux lots des portails. 

Sont utilisées des pierres de tailles et déjà des poutres en fer soutenues par le même type de pilier en pierres de taille qu'on retrouve un peu partout dans les grands mas de la région. Voir les piliers au bâtiment du pailler et les piliers du bâtiment du bas sous l'ancienne magnanerie: ils sont exactement les mêmes et ils supportent des poutres de fer qu'on commence à utiliser alors dans les constructions nouvelles et qui "exploseront " avec la Tour Eiffel. 
Les portes de la bergerie ( aujourd'hui transformée en fenêtre ) et celle du pailler (donnant aujourd'hui sur le salon de l'appartement),  sont aussi exactement de la même pierre et de la même taille de la même forme, en "anse de panier"  et de la même dimension à quelques centimètres près.!. 
On retrouve ve type de grande porte un peu partout dans les mas de la région.
L'ensemble des travaux s'élève à plus de 25000.000 francs. 

10 Mars 1891 Décès de madame Rode

 6 Octobre 1892 Dans un partage entre les quatre enfants de madame Rode, le domaine   est attribué indivisiblement à Maurice Rode et  à Madeleine Rode.

 16 Septembre 1895   Dans un partage entre  Monsieur Maurice Rode et Mademoiselle          Madeleine Rode, le domaine est attribué en  entier à Monsieur Maurice Rode.

 Acte enregistré à Nevers le 9 Octobre 1895

                                                                                  
19 Avril 1896  Achat par Monsieur Maurice Rode aux héritiers Bonnaud, de la partie des     biens Larnac enclavés dans son domaine.                                                                           

                                                                                  
7 Mai 1900     Décès de Madame Bayle.. Ses enfants Monsieur Charles Bayle et Madame Tribes recueillent sa succession  et restent indivis.

23 Novembre 1901 Vente par Monsieur Charles Bayle et Madame Tribes de leur Domaine
de Cruviers (partie Ouest) à Monsieur le Docteur Gourbeyre, d’Ambert, beau-père de Monsieur Maurice Rode, possesseur de la partie Est du domaine.

Acte passé devant Me Carrière notaire à Nimes

En résumé, sont possesseurs, en Juin 1905

Partie EST                  - Monsieur Maurice Rode

Partie OUEST            - Monsieur Gourbeyre

Avec quelques enclaves situées dans la partie Ouest, propriétés de Monsieur Fournier, de Vaugrand

C'est à ce moment là que Maurice Rode fait entreprendre de grands travaux à la maison de maître  de la ferme du bas . Ces travaux dureront 5 ans, de 1904 à 1909

De tout ceci, il résulte qu’il y a eu autrefois, avant la Révolution, au 17ème siècle, comme possesseur de Cruviers, une famille Larnac, écuyer. Cette famille a du décliner. La plupart des terres sont allées aux de Broche qui en étaient devenus seigneur en 1788. Cependant il y avait encore simultanément, à l’époque de la Révolution et jusqu’en 1846, des Larnac et des de Broche.
Les de Broche avaient la maison de maître et la ferme d’en haut.
Les Larnac ( et incident Valentin) habitaient le bâtiment à peu près en ruines sur le chemin de Saint Quentin à Saint Médiers (*)
Ils avaient aussi la maison sur la grande route (cédée à la famille Barthélémy),  et le jardin de la fontaine.

Après quelques années qui suivent la mort de monsieur de Broche, la situation était rétablie comme de son temps : Charles d’Amoreux ayant la maison de maître et la ferme d’en haut, la Veuve Larnac ayant les mauvais bâtiments sur le chemin de St Quentin à St Médiers et des terres enclavées un peu partout

Cette décadence des Larnac s’est achevée par la succession Bonnaud qui a fini par revenir au domaine principal (sauf quelques enclaves à Fournier).

En Juin 1905, Monsieur Rode a la partie Est, son beau-père la partie Ouest (sauf enclaves Fournier).

Madame Rode étant fille unique, le domaine doit être reconstitué un jour par la réunion des parties Est et Ouest.

Maurice Rode étant décédé en 1914, Mort au Champ d'Honneur, son épouse Andrée Gourbeyre procède au partage des biens entre ses trois enfants. 

Le domaine de Cruviers-Larnac est attribué en totalité à Marie Rode, qui épouse Aloïs Stengel. 

Août 1944 après le débarquement en Provence, la maison de Cruviers est occupé par l'Etat-Major d'un régiment allemand qui tente depuis Alès de rejoindre la vallée du Rhône. L'occupation ne dure que trois jours. 
Les enfants sont envoyés à Saint Médiers et ils logent dans la grande maison Bayle/Tribes dans le centre de Saint Médiers. Ils ont accueillis par la famille Simon. 
Marie Rode et Aloïs Stengel veinnent tous les jours s'occuper du bétail. 
L'occupation est sans problème et les lieux, les meubles et les objets sont respectés. Mais le 27 août un évènement important va se passer. En voicii le récit : 

De Marie Rode à sa Mère Andrée Gourbeyre épouse Rode ( extraits )

Cruviers le 15/9/44
J’espère que vous aurez eu ma carte après plusieurs lettres vous disant que nous allions tous bien, malgré le bombardement. Et oui, 3 jours après ma dernière lettre, alors que plus aucune troupe allemande ne passait, le tournant de la route a été visé et nous avec. Il était 7h ½. Je sortais pour étendre du linge quand les bombardiers ont passé. Puis je les ai vus tourner et revenir. Aloïs arrivait de faire manger le cochon. Je lui dis " on dirait que les avions viennent vers nous » . «  Pour quoi faire, dit-il, il n’y a plus rien ». nous rentrons au salon. Au même moment on entend l’avion piquer et les vitres volent en éclat .Nous nous précipitons pour chercher Paul. Le pauvre riait, enchanté de ce vacarme. Arrivons devant la cave, la porte était déjà coincée. Nouvelle hâte vers la dépense, près de la cuisine, où nous nous sommes réfugiés jusqu’à la fin ; les vitres ayant déjà sauté, nous n’avons pas été blessés. Mais quelles minutes ! … Il semblait que tout s’effondrait sur nous ! Quand nous sommes sortis, c’était minable. Les plâtres, les vitres, etc.. Tout ce qui était galandages est tombé ou est à refaire. A la salle à manger, la suspension a volé de l’autre côté. La clef de l’armoire était vers la fenêtre ! Heureusement l’intérieur n’a pas souffert. Dans les placards il y a quelques dégâts mais les meubles n’ont pas grand-chose. De votre côté, le couloir est réuni aux chambres. On va mettre quelques grands rideaux pour tamiser un peu l’air. Les chambres du bout sont inhabitables, n’ayant plus de cloisons, ni plafonds. Au Nord, il n’y a plus de vitres et c’est très difficile à se procurer en ce moment. Pourtant il faudrait pouvoir fermer un peu pour l’hiver.  Les toits avaient beaucoup de mal. On a défait la vieille lingerie et tout est rangé provisoirement. La maison Bonnaud a eu une bombe.( voir la note (*)) Même la voute vers la cour a lâché. Une autre bombe  sur les cochonniers et le coin des pins. Tout cela est inutilisable. Une bombe à l’angle du tournant et 2 sur le rocher au-dessus. Une autre qui était destinée au pont est tombée dans les pins et a mis le feu. On commence à voir un peu plus clair dans tous ces plâtras. Mais vous pensez si l’on avalé de la poussière. C’est navrant de penser à tant de désastres.. et pourquoi ?
Nous avons dû faire constater les dégâts par huissier et architecte. Touchera-t-on quelque chose ? N’avez-vous pas idée de l’endroit où peut être le plan de la maison ? Dans le secrétaire il n’y a que des factures et des devis. Pour le moment il faut s’organiser avec ce qu’il y a ; on ne peut songer à aucune réparation ; les matériaux manquent.
 Il pleut tout le temps en ce moment, aussi les vendanges  ne se feront pas avant  la semaine prochaine. On aura le vieux Coste, les Espagnols , Simone (1) et les enfants. On arrivera. Il n’y a pas tant de raisins avec la sécheresse et l’oïdium. Le grain est toujours sur l’aire non battu. La batteuse n’a pas pu revenir de Barjac. On aura peut-être Chalier. Pas mal de gerbes ont servi à la nourriture des chevaux et au camouflage des voitures. Les fourrages aussi. Vous voyez ce qui nous reste. Quelle année ! Et tout cela ne serait rien si l’on ne voyait tant de tristesses autour de nous …
A Montaren Espérandieu est revenu nous assurant de tout son dévouement, tandis que le  Camelier ( ??) est à Uzès. Tous ont fort à faire. M.Thérèse  ( 2) est repartie voilà quinze jours. Elle m’a rendu bien service avec les enfants à St Médiers. Cette pauvre Rose était affolée et démoralisée. Et elle a été malade 8 jours en rentrant ici. Elles sont reparties cette semaine pour Anduze. Et Rose viendra une quinzaine en Oct. les petites n’ayant pas de manteaux. Il ne s’est pas fait grand’chose cet été avec tout ce branle-bas. J’ai la chance par exemple de voir arriver Madeleine mardi. Elle vient de me télégraphier , sûrement au reçu de ma carte lui racontant notre guigne. Les enfants reprennent figure. Ils avaient des figures de déterrés au retour de St Médiers. Odile même eu de l’infection intestinale ; mais elle reprend de l’appétit. Quant à Paul, il va très bien, ne se ressentant pas de tous ces trimballages, et pourtant il en a fait des courses entre St Médiers et ici ! On a bien marché. Il fallait aussi n’aller à Uzès qu’à pied… et encore souvent avec le mitraillage. Quelle vie ! Et notre pauvre Alsace maintenant qui est en plein combat. Toujours rien de ma belle-mère. Aloïs va toujours mieux, mais il n’a pas de force bien sûr comme avant. Et puis, tout cela a été beaucoup d’émotions. Vous ai-je dit que nous avions logé les premières troupes françaises. Les corps médical avec le Colonel. Ces voitures conduites par des chauffeuses dont une était d’Issoire. C’est tout de même un drôle de mélange. Que donneront ces nouvelles méthodes !"

Quelques jours après ce bombardement, ce sont les troupes débarquées en Provence qui arrivent à Uzès. Le commandement vient s'installer à Cruviers avec une armée  de petits "annamites" qui voyant le gros micocouliers ont grimpé dans l'arbre pour grignoter des micocoules. Suzanne raconte cela en riant car les enfants revenus à la maison avaient été impressionnés par ces hommes de taille assez petite à la peau  jaune. 

En dédommagement de guerre, on reconstruira les cochonniers sous le grand mur de l'aire ( aujourd'hui ils ont disparus), le sillo à grains contre le vieux pont de 1899 ce qui est très laid et dénature les lieux et une maison à un étage avec hangars attenants) Cette maison a été aménagée en maison d'habitation. C'est la maison en crépis rose à l'entrée du mas à droite. La ferme Bonnaud trop endommagée a été détruite et ses vestiges sont sous le parking actuel devant cette maison. 

Marie Rode/Stengel est décédée en 1978. Ses enfants sont actuellement propriétaires des diverses parcelles du domaine, chacun ayant sa part propre .  

Les héritiers Stengel aménageront en appartement la magnanerie du bas, le pailler, la bergerie du bas, lpuis la petite maison construite en dédommagement des dégats de guerre, après que la maison Bonnaud ait été soufflée par une des bombes lachées dans le grand virage en épingle à cheveu.. 

En 2000 ce sera les nouveaux propriétaires qui aménageront une partie de la ferme du haut près du Vieux Pigeonnier. 

                                                                        sur la base d'une  étude de  Lionel d’Albiousse
                                                                            adaptée et complétée par Jean Mignot

(*) Ce bâtiment en mauvais état, a été soufflé par l’explosion d’une bombe en Août 1944 ; et a été remplacé, au titre des dommages de guerre par le petit bâtiment en béton servant de hangar avec une petite habitation au dessus. Ce bâtiment a été agrandi et est devenu maison d'habitation .
Les biens Larnac ont donc aujourd’hui disparu pour ce qui est du bâti.  

 note de  Jean Mignot

Aucun commentaire: